Magic System était, mardi 22 août 2017, en visite à l’usine de Yopougon de la Société de limonaderies et de brasseries d’Afrique (Solibra). La délégation des “Magiciens” composée d’une vingtaine de personnes (y compris leurs musiciens et le personnel de Gaou Production et de la Fondation Magic System), a été reçue par Karim Koné, Directeur de l’usine. La visite à proprement dite a débuté sous la supervision de Doumbia Adaman, responsable du laboratoire qualité. De la bâche de stockage d’eau brute de forage d’une capacité de 500 m3 à la station de traitement des eaux usées, en passant par la zone de traitement du Co2 stocké dans des ballons, les visiteurs, comme de vrais “Gaou” ont été impressionnés par “la qualité des installations” de Solibra. L’équipe s’est par la suite dirigée au pavillon d’embouteillage des différentes marques et produits. “Ça fait plaisir. Vous savez que quand on signe un partenariat pendant dix ans, et que ce partenariat reste dans la constance, on essaie d’aller au-delà. Et c’est ce que nous avons fait avec Solibra. Et je crois que c’est un partenaire sérieux pour Gaou Production et pour le Femua en particulier. Maintenant on sait qu’avant de boire une ‘’Sprite’’ ou toutes autres boissons, d’où c’est parti. La particularité de notre partenariat avec Solibra, c’est la longévité. Cette entreprise a été là aux premières heures du Femua. Donc il y a cette loyauté et le fait d’avoir cru au projet, d’où ce lien entre eux et Magic System. Et nous sommes fiers de travailler avec un partenaire qui pense au bien-être de ses clients”, s’est réjoui A’salfo. Quant à Julien Zayro, Directeur commercial et marketing, parlant au nom de Francis Batista, Directeur général de Solibra, il a soutenu “qu’il était important que Magic System vienne dans les secrets de Solibra, afin de découvrir d’où sortent les marques et produits qui les soutiennent depuis dix ans au Femua”. À l’en croire, cette visite d’usine va permettre à A’salfo, Manadja, Goudé et Tino de mesurer le niveau de qualité des produits afin qu’ils en soient de très bons ambassadeurs. “Car on ne peut mieux parler que de ceux qu’on connaît”, a-t-il conclu.

REPONDRE

Laisser votre commentaire
Entrer votre nom içi SVP